Bonjour à tous!

Comme j’ai passé du temps à Londres avant le confinement, je me suis dit que c’était l’occasion ou jamais de m’intéresser à une institution chez les Anglais: le thé. Pas difficile, il est partout et a bien plus la cote que le café.

Quelle ne fut pas ma surprise de constater que la plupart des Anglais boivent un thé bas de gamme en sachet qu’il font rapidement infuser et auquel ils ajoutent du lait! Et que peu d’entre eux ont d’appétence pour les thés en feuilles!

Ne me laissant aucunement découragée par ce constat, je pris la direction d’une petite boutique près de Bond Street, Postcard Teas, avec l’espoir d’apprendre un maximum de choses sur le thé en tant que plante (Camellia sinensis) et en tant que procédé de transformation (roulage, oxydation, fermentation, … suivant les thés).
Pour ma part, la perspective de m’intéresser à une plante qui vient de loin, menée en monoculture à grand renfort de mots en « cides » avait un peu découragé ma curiosité par le passé: je préfère consommer local.

Mais c’est sans compter ce petit magasin et ses mille trésors: toute une gamme de thés aux promesses de respect de la nature et aux goûts authentiques, sets en porcelaine créés par des artisans, et bien d’autres accessoires aussi utiles qu’agréables au regard.

Tim sert le thé chez Postcard Teas

Le créateur, Timothy d’Offay, est un vrai marchand de thé: lui et ses assistants se déplacent régulièrement dans les pays producteurs pour goûter et sélectionner des thés en provenance de fermes de moins de 10 hectares. Certains proviennent même de producteurs très réputés.
Ne cherchez pas ici de thé bas de gamme, ni de thé en sachet: ici, on fait dans l’excellence, même si certains thés sont prévus pour le quotidien (voire additionnés de lait). Le « plus » de cette maison de thé est que chaque thé a son origine écrite dessus, comme un vin: par exemple, le thé Rou Gui de Maître Xu. C’est loin d’être le cas pour la plupart des thés sur le marché (même des boutiques haut de gamme). La traçabilité est la marque de Postcard Teas. C’est quelque chose auquel je suis fortement sensible.

Que vous arriviez à l’improviste ou que vous choisissiez de suivre des cours thématiques, les thés se dégustent.
Pour ma part, j’ai choisi de suivre trois dégustations thématiques le samedi: thé noir, thé vert et oolong. Ces dégustations menées par Tim permettent d’essayer plusieurs thés de provenances différentes. Le marchand connaît tout du terroir d’origine de ses thés: le novice, comme l’amateur éclairé, en ressort comblé de ces découvertes. On sent, on regarde les feuilles, on déguste. Une quatrième dégustation des thés âgés est possible (et oui, comme le vin, le thé peut se bonifier avec le temps!). Mais je n’ai pas eu, hélas, l’occasion d’y assister.

Boîtes à thé-Postcard Teas

Boîtes à thé

On trouve dans la boutique ou par internet des thés de Chine, du Japon, du Sri Lanka, du Vietnam et même des assemblages « maison ». Et ce qui ne gâche rien: la passion des vendeurs de Postcard Teas invite aussi au voyage!  La boutique est petite et la disponibilité des thés n’est pas toujours garantie: petits producteurs, aléas climatiques, rendent parfois indisponibles certains thés. Je vous invite à jeter un coup d’oeil sur le site web: malgré le confinement, ils continuent la vente par correspondance dans le monde entier. Mais la boutique physique reste fermée pour l’instant. Sur le site, une carte du monde permet de situer les thés mis à la vente. Et chaque thé est aussi daté, puisque, comme les vins, il y a aussi des « grands crus ».

J’ai même eu la chance de rencontrer à Postcard Teas une productrice de thé écossais!!! Alors là, ce fut une réelle surprise: certains agriculteurs européens arrivent à produire du thé! (merci le réchauffement climatique?). Pour l’instant, les récoltes restent confidentielles et la transformation du thé en est à ses balbutiements, contrairement au savoir-faire ancestral en Asie. Mais, le thé de Windy Hollow Farm m’a paru très prometteur!

Si j’écris cet article aujourd’hui, c’est que je suis convaincue que l’on peut consommer des plantes exotiques (plus pour longtemps apparemment) dans la sobriété, le respect des conditions de travail et du terroir. La condition pour cela est d’avoir confiance en son marchand thé, en son éthique. Mieux vaut peut-être s’offrir un grand thé de temps à autre, que se gaver d’arômes artificiels, de polluants en tout genre, de pesticides et d’herbicides quotidiennement.

Une très belle découverte pour ma part: Master Luo’s Osmanthus Long Jing. Un thé parfumé à l’osmanthe, plante dont je n’avais jamais entendu parlé! C’est un thé qui m’a définitivement réconciliée avec les thés (même si la barre est haute!).

En bonus,  je vous mets cette vidéo trouvée sur internet d’un amateur de thé qui déguste un oolong provenant de Postcard Tea: sympa pour voir comment on infuse ce type de thé pour ceux qui ne connaissent pas!

Partagez-moi en commentaire vos boutiques de thé d’exception! Et si vous connaissez un producteur européen de thé, envoyez-moi un message! Ça m’intéresse BEAUCOUP!

Site web Postcard Teas: https://www.postcardteas.com/

Crédits photo: Postcard Teas

mattis amet, quis ut efficitur. justo